Notre histoire


À l’origine…

Tout a commencé avec mon grand-père Jacques, artisan bijoutier aux Baux de Provence. J’ai grandi à ses côtés, et je garde des souvenirs émerveillés des heures passées, enfant, dans son atelier. Le regarder travailler avec passion, le bruit de la forge, de l’enclume et du marteau, les outils mystérieux, les clients heureux… De là est né sans doute mon désir de faire comme lui.

Mais, comme beaucoup, j’ai voulu voir le monde et je suis parti loin, vraiment loin puisque je suis allé jusqu’en Nouvelle-Zélande. Que d’expériences et de découvertes incroyables !

Mais l’histoire familiale et l’envie de la perpétuer étaient plus fortes. Retour aux sources, donc, et quelles sources… La Provence, les Alpilles et surtout l’atelier de mon grand-père.

La transmission en héritage

Cette fois j’ai fait plus que l’observer et l’admirer… J’ai eu la chance, auprès de lui, d’apprendre mon métier. Ce maître-artisan incomparable m’a transmis son savoir-faire, la technique, le respect du travail et de la matière. Et la liberté dans la création. Car il était autodidacte et s’inspirait de toutes ses rencontres. Grâce à lui j’ai appris la rigueur, la patience, la persévérance. Ce fut un apprentissage exigeant, mais certainement la meilleure école. Il ne m’a rien imposé, mais a guidé mes gestes … et mes choix. Et six ans plus tard, en 2012, j’ai ouvert mon propre atelier et ma boutique en Provence au cœur du village de Maussane. 

LE FIL D’ARGENT COMME FIL D’ARIANE D’UNE TRADITION FAMILIALE

J’ai choisi, moi aussi, de travailler uniquement l’argent massif. D’abord pour sa simplicité et sa sobriété. Il se marie avec toutes les humeurs, les peaux et les saisons ; symbole d’une élégance discrète ou de fantaisie. J’aime transformer cette matière que je connais bien et qui laisse libre cours à ma créativité. Si j’ai revisité le bijou signature de mon grand-père pour lui rendre hommage, le bracelet Marie-Colette, je crée régulièrement de nouvelles pièces au gré de mon imagination.

L’inspiration au jour le jour

Mes voyages, la mer et ses reflets argent, turquoise sont une grande source d’inspiration. C'est en Nouvelle-Zélande, lors d'un voyage sur un voilier que j’ai appris le fameux nœud de chaise que l’on retrouve dans nombre de mes créations. Je me nourris aussi de la beauté de la nature. Les Alpilles sont d’ailleurs un de mes terrains de jeux préférés.

L’artisanat, gage de durabilité

Je réalise entièrement à la main toutes mes créations, jusqu’au poinçonnage et à la gravure. Et j’utilise des techniques traditionnelles, comme celle assez rare du forgeage à froid par exemple. Chaque pièce en argent massif qui sort de mon atelier est donc unique. Cette façon de travailler, de manière artisanale, s’inscrit aussi dans un principe de durabilité qui me tient à cœur. J’ai ainsi une production raisonnée. Je rapporte aussi mes chutes et débris au comptoir de métaux précieux de Marseille où je me fournis. Ainsi rien ne se perd, tout se transforme... Vive l’upcycling.